Mariage pour tous: les hommes plus enclins que les femmes à se marier dans le Var et les A.-M.? | Formation Wedding Planner - Organisateur de mariage

Mariage pour tous: les hommes plus enclins que les femmes à se marier dans le Var et les A.-M.?

Voilà deux ans, jour pour jour, était promulguée la loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe. Quel pourcentage d’hommes et de femmes sont passés devant M. ou Mme le Maire sur la Côte d’Azur et dans le Var ? Décorticage en quelques chiffres…

Plus de 17.500 mariages homosexuels ont été célébrés en France entre la promulgation de la loi et la fin 2014, a annoncé l’Insee en début d’année.

Dans le Var, on peut observer quelques particularités dans les villes que nous avons contactées.

– Toulon : c’est évidemment dans la plus grande ville du département que l’on recense le plus de mariages pour tous célébrés officiellement. Avec 62 unions à ce jour, on remarque que les hommes sont plus souvent passés en mairie (40 couples) que les femmes (22).
– Hyères : les services de l’état civil de la cité des palmiers n’ont distingué ni les années ni les sexes mais ont révélé que la cité des palmiers se situe au deuxième rang en la matière (34 mariages).
– La Seyne : la particularité de La Seyne réside dans la notable baisse de mariages prononcés entre 2013 et 2014 (quatorze contre huit, et quatre seulement pour ce début d’année 2015).
– Draguignan : la cité du dragon ne recense que des mariages concernant des femmes (quatre couples en 2013 et trois en 2014).
– Saint-Raphaël : à l’est du département, la mairie a constaté une forte augmentation au fil des mois : deux unions (hommes) célébrées en 2013 contre sept (six masculines, une féminine l’année suivante).
– Saint-Tropez : la cité du bailli n’a enregistré aucun mariage pour tous en 2013 et trois seulement en 2014.
– Brignoles : la capitale du centre Var n’a pas enregistré  beaucoup d’unions homosexuelles : une seule la première année et une seule encore en 2014 (parité parfaite, un couple hommes – un couple femmes).

Sollicitée, la ville de Fréjus ne nous a pas communiqué de données chiffrées. Pas de chiffres officiels non plus à ce jour en matière de divorce entre les couples de même sexe, bien que, deux ans après l’adoption du mariage pour tous, des demandes commencent à arriver devant les tribunaux. Les données du ministère de la Justice et de l’Insee font état du nombre total de divorces en France – 124.948 en 2013 –, sans isoler spécifiquement ceux qui concernent les couples de même sexe.

Les grandes villes azuréennes à la loupe

Depuis l’ouverture du mariage pour tous, environ 4% des unions sont monogenre. Une moyenne nationale largement dépassée à Nice où sur les 2.417 consentements échangés depuis la promulgation de la loi, 255 mariages ont uni des couples de même sexe. Très majoritairement des couples d’hommes d’ailleurs.

– Nice : deuxième place derrière Paris
Nice toujours en tête des mariages gays, après Paris. La capitale de la Côte d’Azur totalise 226 mariages homosexuels. Qui se décomposent de la façon suivante : 159 mariages entre hommes et 67 entre femmes. En 2013, 104 gays et lesbiennes se sont dits « oui ». Pratiquement le même chiffre en 2014 avec 105 personnes qui se sont passé la bague au doigt. Depuis le début de l’année, on en est à 17 unions. Commentaire d’Auguste Vérola, adjoint à l’état civil : «La plupart des couples qui passent devant Monsieur le maire, vivent ensemble depuis longtemps. J’ai marié deux messieurs qui avaient 45 ans de vie commune ! Pareil pour un couple de filles qui vivaient ensemble depuis la fac.Depuis 40 ans.»
– Cannes : le cap des cinquante mariages
À Cannes depuis la promulgation de la loi, 52 mariages pour tous ont été célébrés. Avec une nette augmentation en 2014 : 28 couples gays se sont dits « oui », contre 19 en 2013. Pour 2015, cinq mariages ont été célébrés sur les quatre premiers mois de l’année. En revanche, il semble que les hommes sont davantage enclin a s’unir officiellement, puisqu’ils représentent 37 des 52 mariages enregistrés. Avec comme point commun, note-t-on, en mairie «qu’une certaine discrétion soit respectée».
– Antibes : 29 mariages depuis 2013
Un peu plus de deux ans après le vote du «mariage pour tous», Antibes a été l’une des premières villes de la Côte d’Azur avec une union gay, entre Jean-Luc et René, en août 2013. Au total, depuis la promulgation de la loi, il y a eu à l’Hôtel de Ville 7 mariages entre hommes et 4 entre femmes en 2013; 9 mariages entre hommes et 7 entre femmes entre 2014 et pour le moment, 2 cérémonies entre hommes cette année.
– Cagnes : 4% de mariages de même sexe
Le chiffre n’est pas très élevé mais en augmentation. Depuis la promulgation de la loi du mariage pour tous il y a deux ans, quatorze unions de même sexe ont été célébrées en mairie. Sur ces quatorze mariages sur un total de 351 (soit près de 4 % des célébrations), cinq ont eu lieu en 2013 et neuf en 2014. Une légère augmentation difficilement appréciable pour 2015 puisque seulement deux unions sont, à ce jour, envisagées. Les hommes ont une légère longueur d’avance avec huit cérémonies contre six pour les femmes. L’année 2015 pourrait changer la donne puisque les deux projets d’unions concernent la gente féminine.
– Menton : plus de femmes que d’hommes
Alors qu’aucun mariage homosexuel n’a été célébré cette année à Menton, la ville a tout de même eu l’occasion de célébrer treize unions en deux ans : huit couples de femmes et cinq d’hommes.
– Grasse : pas de gros engouement
À Grasse, le mariage pour tous entre doucement dans les mœurs, mais on ne peut pas vraiment dire qu’il suscite un engouement exceptionnel. Ainsi, l’an dernier, sur 168 mariages célébrés en mairie, seuls huit concernaient des personnes de même sexe. En 2013, année de la promulgation de la loi, seuls quatre couples homosexuels ont choisi de bénéficier de ce nouveau droit dans la cité des parfums. Hommes et femmes le choisissent autant puisque, si en 2013, un seul des quatre mariages homosexuels concernait des femmes, elles ont été cinq couples à dire oui en 2014, contre trois couples d’hommes.

Source: Var matin

photo: Frantz Bouton